Chapitre 2 en construction
54%

~Chapitre II : Renaissance~

Quelques jours après l’arrivée du bateau de Kunpat, l’équipage s’était établi proche du point d’accostage. Ils allaient rassembler les premières ressources afin de construire les premières habitations…

 

     Le jour, arbres après arbres, la foret mitoyenne reculait. A chaque coup de hache, on voyait un nouvel espoir et une vision de paix qui s’installait. Pendant que certains taillaient les bûches, d’autres cherchaient de l’eau dans les proches rivières afin d’atténuer la perte des vivres pendant le voyage en bateau. L’élevage de bêtes lui aussi évoluait, grâce à la fortification des paysans, les loups pouvaient être chassés, et les moutons en sécurités. Tout semblait être paradisiaque sur ce nouveau continent.

     La nuit, froide et austère, seul les gardes étaient encore éveillés pour surveiller les troupeaux ainsi que pour protéger les alentours du futur village. Une de ces nuits, Robin le garde fut surpris d’entendre un craquement de branches aux abords de la forêt. Accompagné de sa fidèle épée, le jeune homme s’approcha sans crainte. Près d’un arbre où il était caché à observer les environs, une silhouette d’une bête menaçante qui se déplaçait. Surpris, il préféra rebrousser chemin pour alerter Al’dak.

  Au petit matin, le changement de garde permit à Robin d’informer ces compagnons, il pouvait jurer avoir vu une terrible créature dans les bois, d’un danger qui rodait dans la forêt.

   “Il était aussi grand que gros ! Une masse dans la pénombre de la forêt !” Jure Robin.

   “Ahahah ! Tu vas voir si ma main dans ta gueule est pas plus grosse” répond ‘NOM DE GARDE’ en se moquant de Robin.

   “T’es aussi bête et alcoolique que ce fichu Kunpat ! Aller on prend le relais…” s’exclame ‘NOM DU GARDE-2’.

Déçu, le jeune garde part se reposer dans son campement.

 
 

     Plus les jours passent, plus l’idée qu’une menace arrive au village faiblit. Contrairement à Robin qui croit dur comme fer que la sombre bête rode toujours. Pendant ce temps, Al’dak et Linni poursuivent leurs efforts pour faire perdurer la vie dans le village. Ils partent donc à la recherche de nouvelles cultures dans les bois afin de diversifier l’alimentation des habitants. C’est sur le chemin de la cueillette que les deux amis rencontrent une vieille bâtisse qui semblait encore habitée, sur le flanc d’un mur on pouvait y voir des tonneaux remplit de grains ainsi qu’un réservoir d’eau, avec à ses cotés, un poulailler.

     Al’dak passe en premier pour toquer à la porte envahie par le lierre, tandis que Linni préférant rester à l’arrière, surveillait les alentours. Personne ne répond, Al’dak entre donc dans la maison prudemment gardant une main sur sa masse, les bougies étaient allumées et le feu de cheminée encore chaud, il aperçoit assis sur une chaise, un homme qui semblait lire un parchemin, Al’dak s’approche mais le vieil homme ne le remarque pas, il en profite donc pour inspecter morceau de papier et se rend compte que ce parchemin possède exactement les même traits que celui qu’il a ramassé quelques semaines auparavant, et c’est à ce moment que le vieil homme se retourne, faisant un bond gigantesque en arrière lançant un sort de propulsion qui jette Al’dak à travers la maison en l’envoyant tout droit dans le poulailler. Linni, alertée par l’explosion des planches cédant sous le poids d’Al’dak elle se mit à courir dans sa direction pour l’aider à se remettre sur pieds. 

   “Qu’est-ce qu’il s’est passé ?” demande Linni.

  Relevant légèrement la tête, Al’dak avertit Linni en montrant du doigts le magicien qu’il aperçoit à travers les décombres de la maison encore debout.

   “Fais atten…” Prit par la faiblesse, il reposa sa tête sur le sol et resta immobile tandis que le vieil homme passe sa tête à travers le trou laissé par la collision en disant:

   “Oh ! Je suis désolé, pardonnez ma vieillesse ! Le jeune homme ne voulait pas me faire peur j’en suis sûr ! Laissez moi le rentrer dans ma maison pour le soigner.”

C’est en voyant les différentes blessures que portait Al’dak que la nuit s’annonçait sans fin.

 
 

     Pendant cette nuit au camp, après plusieurs heures de surveillance, Robin aperçu une nouvelle fois l’ombre qui le hantée depuis leur arrivé. Secoué par cette vision, tétanisé, l’homme ne pouvait rien faire pendant que l’ombre dévorait sans état d’âme un mouton, on entendait les cries effroyables qui venaient du troupeau. Quelques secondes seront nécessaires afin que Robin reprenne ses esprits et alerte [GARDE-1] et [GARDE-2].

   “Il se passe quelque chose vers l’enclos des moutons !” s’exclame Robin.

   “T’es pas encore habitué aux moutons ? Depuis le temps que nous sommes arrivés…” répond [Garde-1]

   “J’en suis sûr cette fois ci ! Il y a quelques choses dans l’enclos je vous dis !” insiste Robin.

   Garde-2 s’approche et dit à Robin; “Écoute, on va venir, mais si il n’y a rien, tu vas le regretter !”

     Ils partent donc ensemble vers l’enclos des moutons. Après quelques minutes de marche, les bêlements laissaient place au silence. Ils s’approche de l’enclos et remarque au sol, le cadavre encore frais d’un des moutons.

   “Nous arrivons trop tard, nous n’avons rien pu faire…” dit Robin en regardant le moutons au sol.

   “Tu ne peux en vouloir qu’à toi même ! Tu pouvais très bien venir ici et chasser le loup qui a fait ça !” réplique GARDE-1

   “Tu as vu la blessure de ce mouton ? Il s’agit d’une coupe nette. Ce n’est pas un loup qui a fait ça.” informe Robin.

   “N’importe quoi ! C’est impossible, tu n’y connait rien… Retourne a ta garde maintenant !” répond GARDE-1, fatigué des paroles de Robin.

Lors de leur retour au poste de garde, un bruit surgissant des bois les interpella. Les trois hommes se retournent en direction de la dense forêt, ils aperçoivent enfin l’ombre, [GARDE-1] et [GARDE-2] se retirent donc en courant vers le village pour alerter les gardes endormis. Robin voulant prouver sa bravoure auprès des autres, décide de foncer tête baisser en direction de l’ombre ! Il s’approche à vive allure, tellement vite qu’il en perd sa bourse et même son épée, plus il s’approche et plus il commence à distinguer… un homme. Un homme qui semblait se protéger à l’aide de ses mains. Robin s’avance vers lui et remarque les grandes oreilles de l’inconnu devant lui, il se met à parler

“Vous… qui êtes-vous ?” demande Robin avec beaucoup d’hésitation

“Ne me faites pas de mal, mon nom est [Nom] l’elfe de […].

Les images utilisées servent à représenter le Roleplay, récupérées sur Hytale.com/media

Copyright © Ikalia 2019